A Table !

Pour recevoir chaque semaine les articles privés, inscrivez-vous !



a table
Bonjour et bon lundi ! (cela ne fait jamais de mal un peu de bonne humeur).



Je ne sais pas si les journalistes du figaro me lisent (oui moi aussi je doute qu’ils me lisent, rassurez-vous. Je dois être dans une journée bisounours – et ça me va très bien, merci de ne pas l’obscurcir avec vos sombres idées noires et ternes) mais je suis tombée ce weekend sur un article intitulé « Non, ça ne coûte pas plus cher de consommer mieux et local ! » ah ah ! Et de quoi je parlais en fin de semaine dernière ? Des courses. Bim bam boum, ce n’est pas moi qui le dit : ça ne coûte pas plus cher (sous-entendu, arrêtez de manger des trucs pas bon, votre santé et votre palais vous remercieront).



 

Alors selon l’article :
* ça ne coute pas plus cher
* les produits sont meilleurs
* un an de lessive pour 6,50€
* « Les produits frais sont meilleurs, les fruits ont plus de goût. Comment oser comparer une ratatouille faite maison et un plat préparé aux légumes… »
* « les produits transformés sont meilleurs. Les fromages achetés directement auprès des producteurs n’ont pas le même goût que ceux aseptisés et sous vide proposés par les grandes surfaces. De même pour les jus de fruits ou les produits laitiers achetés auprès des producteurs ou dans les épicerie paysannes par exemple. »



MAIS (oui tout n’est pas toujours rose au pays des bisounours)
* ça prend plus de temps
* il faut cuisiner davantage



Je vous invite à lire la série d’articles, l’objectif étant de « privilégier les circuits courts pour soutenir les producteurs« .



Voila pour les bonnes nouvelles. Comme vous le savez (ou pas), je suis membre d’une AMAP depuis septembre (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne). Autant vous dire que j’ai redécouvert le goût des pommes, j’ai découvert les blettes (j’avoue que je ne savais même pas à quoi ça ressemblait) et je confirme que les jus de fruits sont juste à tomber.



*Toutes les semaines j’ai mon panier de fruits/légumes.
*1 fois par mois j’ai des oeufs et un poulet « moyen » (plus de 2kg le poulet moyen quand même)
*1 fois par mois j’ai de la charcuterie (rôti de porc, saucisson à cuire, terrine…que des trucs dont je n’étais pas super fan avant. Mais ça c’était avant).



Le jeudi soir, une fois que j’ai récupéré mon panier, je fais mes menus de la semaine et la liste de course qui va avec. Ensuite selon l’heure à laquelle je vais faire les courses c’est magasin bio ou supermarché. J’ai la chance d’avoir dans mon quartier une grande surface, plusieurs magasins bio, des magasins locaux…tout ça accessible à pieds.



Pour les trucs qui coutent une fortune : les produits de ménage et la lessive, j’ai totalement changé ma façon de faire.



*j’ai deux lingettes en microfibres
*le vinaigre blanc, le citron, le bicarbonate de soude et les huiles essentielles sont mes amis (et franchement, ma robinetterie n’a jamais été aussi propre avec une bonne odeur de citron).
*j’ai des noix de lavage, du savon spécifique et je pense tester faire ma lessive.
*je me démaquille à l’huile d’olive ou d’avocat et j’ai des cotons lavables
etc.



Autant dire que mon enveloppe « produits ménagers » à considérablement baissé. Drastiquement même. Et tout le monde est content: ma santé, mon portefeuille et la planète. Que demander de plus ?



Pourquoi je vous raconte tout ça ? Nan mais c’est vrai, je doute que ma façon de remplir mon frigo vous intéresse à fond.
La nourriture, on en a besoin pour vivre. Soit. C’est aussi une source de plaisir. En ce qui me concerne, une super source de plaisir. Enfin ça reste un poste de dépense particulièrement important.



D’ailleurs le montant consacré à l’alimentation (365e en moyenne) a diminué en 2015 de 6% (versus 2014). Ouep.
Si le prix reste la priorité, le critère qualitatif commence à gagner quelques points. Il serait temps qu’en France, pays de la gastronomie que la qualité devienne importante, non ? (et partout ailleurs dans le monde).



Je reprends.
* Nous avons besoin de nous nourrir, de nous faire plaisir tout ça.
* Ca coute cher de se nourrir. A la louche (enfin en ce qui me concerne), après le loyer, l’alimentation est mon enveloppe la plus importante.



Quand on veut prendre son argent en main et faire en sorte qu’il nous permette de vivre nos rêves il y a une chose à faire : faire les choses différemment.





http://www.lefigaro.fr/conso/2016/02/25/05007-20160225ARTFIG00186-non-ca-ne-coute-pas-plus-cher-de-consommer-mieux-et-local.php
http://www.sofinscope.sofinco.fr/les-francais-leur-budget-dedie-a-lalimentation-3/

Commentaires