Connaissez vous vos chiffres?

Rassurez vous tout de suite, je ne suis pas devenue fan de “des chiffres et des lettres” et je connais encore mes tables de multiplications (merci les neveux). Je parle ici de votre argent. De vos dépenses mensuelles / annuelles. Les connaissez vous ?



Vous voyez cette pub ridicule pour je ne sais plus quel fournisseur internet qui dit “vous connaissez le prix de votre box?” “à peu près” … ou un truc du genre.



Et bien c’est exactement ou je veux en venir. Non, pas votre fournisseur internet, mais combien ça vous coûte.



La mission, si vous l’acceptez (et en fait vous n’avez pas le choix), c’est de fermer les yeux (après avoir fini le lire l’intitulé de la mission) et de répondre le plus vite possible aux questions suivantes.
Vous êtes ready ?
Si demain vous étiez sans ressource (imaginons que vous démissionnez et que vous n’ayez pas de chômage), combien de mois pourriez-vous tenir sans aller frapper chez les amis/famille pour qu’ils vous aident ?
Si vous deviez aller demander de l’aide à vos amis/famille pour 1 mois, quel est le montant que vous demanderiez ?



tic…tac…



Avez-vous pu répondre aux questions ? Si vous avez pu y répondre, avez-vous répondu autre chose que “euuu j’en sais rien!” ? 🙂



Il y a 2 catégories de gens. Ceux qui connaissent leurs chiffres. Et les autres.



Pourquoi c’est important?



Parce que derrière ces questions, se cachent deux choses. La première c’est que si demain vous démissionnez, vous n’avez pas la fameuse Aide au Retour à l’Emploi (ARE=chômage). Et dans ce cas là, que comment faites vous ? Vous ne démissionnez pas et vous continuez de souffrir en silence dans ce job qui ne vous plaît plus, avec ce boss qui vous torture et que vous méprisez, ces collègues qui vous sortent par les yeux et ces dossiers que vous avez envie d’envoyer à la déchiqueteuse.
Waw quel tableau enchanteur. Ça vend du rêve dis donc ! Ok je caricature exprès (quoique…). Soyons un peu plus optimistes. Vous voulez partir pour voler de vos propres ailes mais votre boss (encore lui), refuse la rupture conventionnelle. Vous voila dans de beaux draps. Donc vous décidez un beau matin qu’aujourd’hui c’est le grand jour, que vous êtes prêt à vous lancer et vous préparez fébrilement votre lettre de démission.
Au revoir, au revoir président (ne me remerciez pas pour cette formidable chanson qui va vous trotter dans la tête).
C’est plus sympathique comme tableau c’est vrai (j’en ai d’autre si vous voulez, comme “partir en voyage à durée indéterminée”, “reprendre ses études”). Même si, même si… il y a un léger souci. Point d’argent à l’horizon pendant plusieurs mois.



D’où mes questions ! Combien de temps pouvez-vous tenir ? De combien avez-vous besoin pour vivre chaque mois ?



Know your numbers. Connaissez vos chiffres, ils sont importants. Si un jour vous avez rendez-vous avec votre banquier et que vous avez besoin de faire des recherches pour savoir vos chiffres…c’est moyen. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.
Si un jour, vous vous retrouvez chez Pole-Emploi, non seulement vous ne toucherez pas l’équivalent de votre ancien salaire mais votre allocation ne sera pas versée immédiatement. Si aujourd’hui vous dépensez tout ce que vous gagnez, comment ferez-vous ? Quelles seront les dépenses que vous supprimerez ?



De combien avez-vous besoin pour vivre chaque mois ?
Attention il y a un piège dans cette question. L’avez-vous trouvé? Il se trouve dans le mot “besoin”. Avoir besoin de quelque chose, c’est tout à fait différent d’avoir envie de quelque chose. Il faut apprendre à distinguer le nécessaire du superflu. Le besoin de l’envie.
Netflix, Canal+, Canal Sat et compagnie… en avez vous besoin ou envie ? Les restaurants, les sushis, les petits détours par la boulangerie, besoin ou envie ?
Quel est le minimum dont vous avez besoin ? Quelle somme vous utilisez pour vous faire plaisir chaque mois ?



Nous sommes bientôt au printemps, c’est l’occasion parfaite pour faire un petit ménage dans vos dépenses !
Il nous arrive (moi la première, n’allez pas croire que je suis parfaite), d’avoir des abonnements avec paiements automatiques que nous laissons traîner. Nous ne lisons plus le magasine que nous recevons, mais, on ne sait jamais un jour on va les lire, et puis ce n’est pas très élevé comme somme.
On se dit tous la même chose. Sérieusement. Sauf qu’il s’agit de votre argent, vous pourriez l’utiliser différemment pour quelque chose qui vous rendra vraiment heureux !


Le weekend approche. C’est le moment idéal pour apprendre quels sont vos chiffres et pour offrir un coup de balai à vos dépenses !

vos chiffres

Commentaires