Les Duty Free: arnaques ou bonnes affaires?

J’adore voyager. C’est comme ça. Aller voir ailleurs comment ça se passe, découvrir de nouveaux endroits, prendre des tonnes de photos, me faire de nouveaux supers chouettes souvenirs, être dans les préparatifs (les préparatifs sont aussi importants que le voyage je crois)…j’adore. Beaucoup. Pour certaines ce sont les sacs (ce fut mon cas), les chaussures (coupable aussi), le maquillage (pareil). J’ai changé. Pour moi, depuis plusieurs années, c’est voyager.

Et qui dit voyage dit bien souvent aéroport. L’expérience peut être sympa – celui de Dubai est juste incroyable, New-York aussi – ou alors un peu moins facile – passer 24h à l’aéroport de Darwin avec … rien autour, c’est déjà moins glamour.

Je ne t’apprends rien lorsque je dis que LE passage obligé dans les aéroports c’est le Duty Free. D’abord parce qu’il y a cette interdiction de passer avec une bouteille d’eau. Donc si tu as des heures à attendre et envie de te désaltérer…pas le choix.

Ensuite parce que dans l’esprit de pas mal de gens, duty free = bonnes affaires. Les soldes avant les soldes en somme.
Je suis comme tout le monde, j’aime regarder, j’ai parfois envie d’acheter mais même en duty free, un bijou cartier reste cher. Ouep.

Il y a quelques temps, j’ai visionné (j’essaye de placer de jolis mots parfois) un documentaire de france5 sur le duty free.
« Avec ses 260 boutiques, ses marques de luxe et ses restaurants gastronomiques, Roissy a profondément changé de visage. Cette plateforme aérienne est devenue un centre commercial ultra chic. Cette stratégie s’est révélée payante : Aéroports de Paris tire désormais la plus grosse partie de ses bénéfices des commerces et non plus du trafic aérien. Avec trois milliards de passagers qui transitent, chaque année, dans les aéroports du monde entier, le marché des duty free est en plein envol. Il affiche une croissance annuelle de 10%. »

Le reportage (malgré des erreurs de calculs) nous explique gentiment mais calmement que les prix ne sont pas réellement au prix hors taxe et qu’il arrive qu’un produit soit plus cher en duty-free qu’à la supérette du coin.

Bon alors, on fait quoi ?
Si vous restez dans l’UE : oubliez le duty free. C’est dit.
Pourquoi ? Parce qu’à la caisse, on vous demande votre billet. Si vous restez dans l’UE, vous n’avez pas la détaxe.

En fait les Duty Free profitent de votre « captivité » pour vous faire acheter parce que vous n’allez pas pouvoir comparer les prix. Surtout si c’est le voyage retour et que vous êtes à l’étranger (genre loin). Qui va prendre le risque de payer une fortune en roaming pour vérifier un prix?? Personne. Normal.

Comment je fais ?
J’aime bien les duty free. S’ils sont plus intéressants financièrement. Globalement lorsque je pars, je me fais une petite liste parfums et maquillage…avec les prix TTC que je paye lorsque je vais au Sephora du coin.
Si le prix en duty free est plus intéressant, j’achète, sinon, je repose. Simple et efficace et ça me permet de faire les cadeaux de Noël sans y laisser un bras (oui parce que le parfum c’est pas le truc le moins cher du monde).

Bon je t’avoue que lorsque je suis allée à New-York, le cours €/$ était super intéressant et j’ai pu me fournir en maquillage à prix réduit. A Dubaï, je me suis offert mon parfum – flacon plus grand et moins cher que le précédent acheté dans le commerce.

Alors le Duty-free: pour ou contre?
Je suis ni pour, ni contre. Je préconise de faire un peu attention et lors de la préparation du voyage, de regarder les prix des produits qui nous feraient de l’oeil au Duty-Free.
Personne n’aime se faire avoir et réaliser après coup, avoir payé aussi cher que dans le commerce – voire plus cher !

Commentaires