Pourquoi parler d’argent gène ?

photogen_buf204

L’argent est un sujet complexe qui ne laisse personne indifférent. Chacun essaye de gérer à sa manière cette relation si personnelle et compliquée. Cela tient notamment à l’éducation financière que l’on a reçue – ou pas, à l’éducation tout court et à ce que l’on a vu de ses parents, sa famille.

 

Certains dépensent tout, tout de suite, d’autres sont des écureuils limites radins… l’argent a une telle place dans nos sociétés que l’on ne peut pas y être insensible. J’ai d’ailleurs remarqué que bien souvent les comportements sont extrêmes.

 

En France par exemple, on ne parle pas d’’argent, de son salaire, etc. Gagner de l’argent est extrêmement mal vu mais afficher des signes extérieurs de richesse à coup de crédits est bien vu… nous marchons sur la tête.

J’ai une révélation à vous faire : l’argent n’est ni bon, ni mauvais. Il s’agit juste d’un outil, c’est ce que vous en faites qui est bien ou mal. L’argent en lui-même se résume à un bout de papier et des chiffres sur votre compte. Il permet ou empêche de faire certaines choses selon la façon dont nous l’utilisons.

Là, en général, on me rétorque qu’il n’y a que les riches qui ont de l’argent… bienvenue dans une mentalité bien française. Alors je réponds : « et Mark Zuckerberg ? Et Steve Jobs ?».

 

L’Histoire est aussi pleine d’hommes fortunés qui ont tout perdu pour tout reconstruire ! Des exemples de gens qui réussissent à bien gagner leurs vies en partant de 0 ou pas loin existent. J’en connais quelques-uns personnellement. Les points communs qu’ils ont tous est de savoir gérer leur finances, ne pas hésiter à bosser dur (très dur parfois) et savoir s’entourer.

 

Il n’y a pas que les riches qui peuvent s’enrichir. Mais ça commence obligatoirement par une gestion saine de ses finances personnelles et par comprendre que l’argent n’est pas bon ou mauvais en soi. C’est un outil.

D’ailleurs, qu’est-ce qu’être riche pour vous ?

Comments 1

  1. Salut, très bon article ! C’est vrai qu’en France, la tendance est de ne pas parler des salaires. Rien à voir avec la culture anglo-saxone. Par contre, ce que j’ai remarqué en France, c’est que les gens en parlent plus facilement à partir d’un certain niveau de salaire (avec les gens qui gagnent eux aussi plus ou moins bien leur vie).

Commentaires